MENU

Envoyer à un ami

Une salle de caractère

Rechercher

un événement

Par mots clés

Par date

Une salle de caractère

Le Théâtre de Châtel-Guyon est entouré de bâtiments somptueux et de villas, datant du début du siècle dernier, préservés en l’état. Ainsi, les Grands Thermes et le Casino, inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, sont représentatifs de l’empreinte historique et culturelle de la cité thermale. 

Une salle de 450 places

Une salle de 450 places

Le Théâtre de Châtel-Guyon a fait l’objet d’une réhabilitation à l’identique tout en tenant compte des contraintes d’utilisation moderne d’une salle de spectacle, un travail réalisé par le Cabinet d’architecte Fabre&Speller et les architectes de Bâtiments de France.
 
Avec son toit ouvrant,  unique en France et d’une très rare particularité architecturale, le Théâtre offrait ainsi aux artistes de jouer à ciel ouvert sur une scène de 80 m2. Aujourd’hui afin de respecter l’architecture spécifique de cette salle, une verrière rétroéclairée a été placée sous une lanterne qui redonne son aspect d’origine au toit du Théâtre
 
L’ouverture de scène, particulièrement large, était soulignée par une archivolte sculptée d’un masque de comédie en stuc doré. La salle a retrouvé ses couleurs du début du siècle dernier et ses boiseries qui en font un théâtre unique de par sa sobriété et son luxe.
 
La salle de 400 places possèdait une fosse d’orchestre, un parterre et  2 balcons ornés de trophées en staff évoquant la musique et précisant la vocation du lieu. Le pavillon d’entrée du Théâtre est réalisé dans le style Louis XV, avec des décors de pots à feux, de balustres et de sculptures exubérantes et chantournées. La salle réhabilitée, offre aujourd’hui 450 places avec une fosse amovible permettant de gagner des places au parterre.
La façade extérieure n’est pas sans rappeler l’organisation de celle de l’opéra de Clermont 


Un passé prestigieux

A la Belle Epoque, Châtel-Guyon figurait parmi les stations thermales les plus réputées d’Europe tant pour les bienfaits de ses cures que pour sa vie mondaine.

La ville et ses habitants, racontés par Maupassant dans son roman "Mont Oriol", ont su préserver ce patrimoine et garder la beauté du site et de ses monuments intacts. C’est aujourd’hui une ville dynamique, située dans la grande agglomération clermontoise.

Inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis 2003, le Théâtre de Châtel-Guyon, symbole de la Belle Époque, incarne le lieu de rendez-vous théâtral, musical et cinématographique de la cité thermale jusqu’à sa fermeture en 2004.

Edifié en bordure du Parc Thermal en 1898 par Albert Le VOISVENEL, le Théâtre-Casino de Châtel-Guyon ouvre ses portes le 16 juillet 1900.

Dès 1908, en raison d’une grande affluence dans la station, des travaux d’aménagement du bâtiment sont envisagés.

Edouard-Jean NIERMANS, architecte et décorateur renommé, réalise les travaux pressentis. Avec à son actif les Folies Bergères (1900), le Moulin Rouge (1903) ou encore l’hôtel Negresco à Nice, NIERMANS agrandit et embellit le Casino, il y pose la décration intérieure telle qu'on la connaît aujourd'hui. Il double la surface du Bâtiment, lequel sera inauguré en juin 1909.

Le Théâtre est entièrement reconstruit, sur le modèle des salles à l’italienne. Le sol est abaissé de 2 mètres, et deux galeries supérieures avec loges et balcons sont créées. Un toit ouvrant innovant est également installé. Cette dernière caractéristique en fait une salle unique en France.

Durant plus d’un siècle, ont été présentées dans ce haut lieu de culture, des pièces de théâtre, interprétées par les plus grands comédiens telles que « l’Ami Fritz », « Pomme d’Api » et « Bagatelle ». On y entendait aussi les opérettes en vogue du moment. Après guerre, se sont produits sur ses planches de nombreux artistes comme Jacques BREL, Line RENAUD ou Dalida. Le spectacle était non seulement sur la scène mais aussi dans la salle car nombreuses étaient les personnalités qui séjournaient dans la ville thermale et venaient se divertir au Théâtre.

Au milieu des années quatre-vingt, parallèlement à la diminution de la fréquentation thermale, le théâtre réduit sa programmation et finit par fermer ses portes en 2004 pour des raisons de sécurité.

Laissé à l’abandon depuis sa fermeture, la Ville de Châtel-Guyon décide de le racheter, le 22 décembre 2009, pour faire revivre ce lieu de culture et de souvenir avec le soutien des habitants de la ville et de nombreux partenaires. Pour ce faire elle lance une grande opération de mécénat avec la Fondation du Patrimoine qui rencontrera un immense succès. Soutenue par l’association Tous en Scène à Châtel-Guyon, elle récoltera plus de  500 000 euros de dons. Après 18 mois de travaux, le Théâtre ouvre ses portes en avril 2015.