MENU

Envoyer à un ami

Une salle de caractère

Rechercher

un événement

Par mots clés

Par date

Une salle de caractère

Le Théâtre de Châtel-Guyon est entouré de bâtiments somptueux et de villas, datant du début du siècle dernier, préservés en l’état. Ainsi, les Grands Thermes et le Casino, inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, sont représentatifs de l’empreinte historique et culturelle de la cité thermale. 

Une salle de 450 places

Une salle de 450 places

Le Théâtre de Châtel-Guyon a fait l’objet d’une réhabilitation à l’identique tout en tenant compte des contraintes d’utilisation moderne d’une salle de spectacle, un travail réalisé par le Cabinet d’architecte Fabre&Speller et les architectes de Bâtiments de France.
 
Avec son toit ouvrant,  unique en France et d’une très rare particularité architecturale, le Théâtre offrait ainsi aux artistes de jouer à ciel ouvert sur une scène de 80 m2. Aujourd’hui afin de respecter l’architecture spécifique de cette salle, une verrière rétroéclairée a été placée sous une lanterne qui redonne son aspect d’origine au toit du Théâtre
 
L’ouverture de scène, particulièrement large, était soulignée par une archivolte sculptée d’un masque de comédie en stuc doré. La salle a retrouvé ses couleurs du début du siècle dernier et ses boiseries qui en font un théâtre unique de par sa sobriété et son luxe.
 
La salle de 400 places possèdait une fosse d’orchestre, un parterre et  2 balcons ornés de trophées en staff évoquant la musique et précisant la vocation du lieu. Le pavillon d’entrée du Théâtre est réalisé dans le style Louis XV, avec des décors de pots à feux, de balustres et de sculptures exubérantes et chantournées. La salle réhabilitée, offre aujourd’hui 450 places avec une fosse amovible permettant de gagner des places au parterre.
La façade extérieure n’est pas sans rappeler l’organisation de celle de l’opéra de Clermont 
 

Un modèle d’architecture

 
Construit par Albert LE VOISVENEL, le Théâtre de Châtel-Guyon impressionne par le caractère et le charme de sa bâtisse lorsqu’il ouvre ses portes en 1901.
 
Moins de dix ans plus tard, le Théâtre est agrandi par Edouard-Jean NIERMANS, célèbre architecte de l’époque, auteur des Folies Bergères, du Moulin Rouge, de l’Olympia et de l’Hôtel Negresco à Nice.